Sarah Alexander

Peintures

Biographie et parcours

Sarah Alexander

Il semble que la couleur sur la surface de l'image coulait du haut vers le bas juste pour le moment, il semble comme si elle s'étendait à travers l'espace, comme si un voile de douceur colorée était réparti sur l'image . Nous sommes en mesure de découvrir des couleurs sous la forme d'échappement dont le flux est couvert par le processus d'écoulement de la couche supérieure. Ainsi, il est en quelque sorte en train d'être réifié. La couleur a volé et un autre flot de couleurs le traverse en toute tranquillité absolue et sans aucun geste symbolique. Ce flux silencieux se produit en étant regardé et ce n'est rien d'autre qu'une illusion car les couleurs ne coulent pas, elles sont sèches, le mouvement est dans l'espace comme une personne qui passe sur une photo qui semble passer. Cependant, il / elle restera toujours dans cette position très indiquée sur la photo.


La vie intérieure de la peinture est la lumière. Ceci est une métaphore qui est de décrire quelque chose qui est difficile à concevoir - l'effet de brillance qui brille de cette peinture. D'un point de vue physique, c'est un non-sens, bien sûr, car l'image nécessite une lumière pénétrante pour nous faire voir les choses que nous voyons. Selon la couleur et les couches de couleur, les parties de la lumière sont absorbées, d'autres sont réfléchies. Les couches de couleur fonctionnent comme des couches composées de feuilles. Seulement ainsi est l'illusion de voir la lumière sans qu'elle soit peinte. Les espaces formant les couches de couleur ne sont pas mesurables et ne peuvent être suivis pas à pas car c'est une lumière sans ombre. Le thème peint est la réalité de l'image montrée par Sarah Alexander - la couleur est la réalité de l'image. Il s'agit de l'apparence de la lumière, le processus qui coule. Une énergie légère et fluide apparaît dans l'image sans rien illustrer, sans être revendiquée par quoi que ce soit au-delà de cette peinture.


Je me suis concentré sur ces deux facteurs efficaces sur le but - le processus qui coule et la lumière pour les deux sont des termes appartenant traditionnellement à une compréhension différente du monde. Le premier se réfère au concept de tout ce qui est dans un flux, le second se réfère à la distance métaphysique de l'illumination et de l'apothéose. Je suis un sceptique en ce qui concerne ces grandes narrations. Ils ont besoin de mythes - une intrigue perçue comme une vérité qui nous dit quelque chose sur le vrai sens du monde et de la vie. Ils sont illustrés par l'art, interprété dans un sens contemporain dans le cas le plus favorable. L'âge moderne s'est placé en dehors de l'obsession mythologique et a recherché et trouvé son juste milieu au moyen d'un travail artistique. Tout comme Sarah Alexander. Il est en effet assez difficile de savoir clairement ce qui est réellement visible et si je veux savoir ce que l'on peut voir, j'approche l'image, je l'approche aussi étroitement que possible pour que je, c'est comme ça , peut réaliser ce que je veux réaliser. Je suis fasciné par cette lumière qui ne projette aucune ombre, je suis fasciné par le fait que l'artiste réussisse à faire apparaître cette lumière.


Manfred Kästner


Traduction: Andreas Renz