Martine Trouïs

Peintures

Biographie et parcours

Martine Trouïs



Envisager mon travail dans son évolution permet de mieux le cerner. Plus de vingt ans à travailler l’huile, initialement de façon classique par aplats puis par mélange de matière, et désormais, toujours par dines couches superposées mais sans effets : je trouve la superposition des couches raclées et lissées au couteau et la transparence qu’il en résulte plus intéressante que la matière elle même.
Et ces fonds devenus plus neutres, plus légers, ont facilité l’émergence d’un graphisme radical, autrefois utilisé comme ponctuation parmi les formes et les couleurs et désormais prépondérant. L’impression que par le trait des choses plus vraies, plus justes se mettent à exister.
De ces fonds calmes doit surgir l’imprévu, la fulgurance, l’empreinte du geste, la trace de sa réalisation.
Ce trait c’est le mouvement, le « faire », un prolongement de soi; peut-être une approche de l’essentiel. L’essentiel.

Barthes écrit sur le travail de Twombly :
« C’est dans la tenue relâchée d’un trait qu’est la vérité du crayon / c’est dans la traînée qu’est la vérité du rouge / faire un trait intelligent c’est là, l’ultime différence du peintre. »

Le temps, les expériences que l’on en a, comme le replu, l’attente et la durée sont au centre de mon travail. Je trace des qui collent à ma vie. Ces traits parcourent, rayent, raturent de vastes territoires… des espaces de temps. Je peins des fragments d’un tout que j’ignore, que je n’envisage même pas sans dans le noir crépusculaire.


M.T.


Pour découvrir le portrait de l'artiste Martine Trouïs en 10 questions, cliquez ici...