Sous le regard des machines pleines d'amour et de grâce

Sous le regard des machines pleines d'amour et de grâce

Au Palais de Tokyo nous découvrons que tous les objets sont comme le prolongement de notre corps... Dans cette interaction absurde que nous entretenons ou que nous subissons avec les objets qui nous entourent...

"Jamais essayer de faire de l'art..." Artiste fripon, personnalité imprévisible, chaotique et sacrée, elle enfreint les règles, déclenche les catastrophes et révèle la relativité des certitudes.


Taro Izumi

"Le voyage c'est la sculpture" : sa capsule Gyrovague pour traverser les Alpes, une hibernation de 13 jours dans un ours naturalisé, une mise en bouteille, un ermite au sommet d'une plateforme, sa Vigie... ou tout juste sorti de sa Pierre, Abraham Poincheval expérimente la temporalité des règnes minéral et animal, voyage intérieur unique ou se perd toute notion de temps et d'espace... bientôt il s'enfermera pour couver les œufs d'une poule jusqu'à leur éclosion... l'artiste fait ainsi l'expérience du temps, de l'enfermement, et de la perte progressive de tous ses sens.


Abraham Poincheval

Cet artiste plonge au sein de l'état modifié de la conscience... Il voit "Le musée comme un lieu profane élevé au rang de sacré..." Un gong, un tronc calciné et de l'eau... L'art comme un cheminement auquel nous sortons forcément transformés.


 Mel O' Callaghan

... Jeux de correspondance reliant les mondes organiques, psychiques et matériels... Les chaises bondissent : on dirait un repas de famille ou ce sont les objets qui se disputent !


Dorian Gaudin

... Round Midnight... comme une partition de jazz, inventer un espace instable... comme un tableau dissonant, temps gelé de la durée intérieure. Rompre avec l'hypocrisie de la sculpture : le Moulage. Ici, une improvisation construite de morceaux de bois recouverts d'encre.



Emmanuelle Saulnier

..."La manière avec laquelle les objets dictent nos expériences..." Là, on voit une chaise enfermée dans du latex.


Mika Tajima

... Un présent continu, une économie qui imite la nature... avec ces structures de bois recouvert de béton.


Pedro Barateiro

On sort de "ce regard" très philosophique avec une vrai question : Qu'est ce que l'Art ? Et c'est une bonne question ... Il me semble que Zeuxis y répond assez bien!

Plus d'informations sur l'exposition ici

"Sous le regard de machines pleines d'amour et de grâce", Palais de Tokyo

Jusqu'au 8 mai 2017

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous