Un livre que l’on vous conseille...

Un livre que l’on vous conseille...

Maman m’a offert ce livre après sa visite de l’exposition au Musée Maillol (toujours en cours, jusqu’au 23 juillet) qui présente la collection de Paul Rosenberg
J’apprends donc à cette occasion, que l’auteur, Anne Sinclair, est la petite fille de ce grand collectionneur.
Plus proche de sa famille paternelle pendant longtemps, elle décida récemment de se pencher sur les parents de sa mère et surtout sur la personnalité de son grand-père maternelle. Une spéléologie émouvante documentée d’archives, de souvenirs, de lettres, de photos, etc.

SUR LE 21 RUE LA BOETIE...

Le titre - 21, rue La Boétie - est l’adresse de l’hôtel particulier où son grand-père, Paul Rosenberg, y avait rassemblé en 1910 son appartement et sa galerie (c’est aujourd’hui des bureaux de Veolia). Evidemment l’idée me plaît…
Le grand rez de chaussée était dédié aux expositions d’artistes contemporains, la mezzanine aux artistes plus classiques et anciens. Avec cette combinaison, il avait trouvé un bon équilibre pour répondre à toutes les attentes : l’oeil dubitatif d’un visiteur devant un pouvait être rassuré en montant dans la mezzanine voir un Renoir ou un Rodin.


Picasso, Braque et Matisse ont été les 3 favoris de ce marchand, "aux allures de grand seigneur et au goût très sûr". Les expositions y duraient 3 semaines et s'enchaînaient. 1936 fût par exemple un grand cru : Braque en janvier, Seurat en février, Picasso en mars, Monet en avril, Matisse en mai, Marie Laurencin en juillet...!
Le 21 était devenu le véritable point de passage "pour tous ceux qui veulent suivre l'évolution et le travail des peintres novateurs."

Le lieu fait donc rêver, avant de faire peur pendant les années noires : réquisitionné par le régime nazi en juillet 1940, le lieu est vidé de ses oeuvres (de cet "Art dégénéré" pour le régime nazi); qui sont pillées, consignées et envoyées en Allemagne.
Devant la montée en puissance des forces hitlériennes, on suit alors l’exil forcé de la famille à Floirac, puis au Portugal avant de rejoindre New York dans les années 40 (aidés par le président du MoMa de l’époque), terre d’exil du marchand qui y restera jusqu’à la fin de ses jours.



SUR SON GRAND PERE...

Mais qui était donc Paul Rosenberg

Parti de presque rien (sauf une certaine audace en héritage : son père était antiquaire), Paul Rosenberg s'est construit une réputation sans faille sur le plan artistique : ce marchand passionné, fou de peinture, l’obsession de sa vie (« ses tableaux qu’il aimait comme des êtres vivants ») voulait faire savoir et connaître ce qu’était la peinture contemporaine !

C’était un marchand généreux, qui vendait ses toiles impressionnistes pour continuer à acheter des cubistes, même si leur succès était encore limité. Il se chargeait de l’entretien de la vie de ses artistes (appartement, électricité, etc.) et les payait généreusement. Il entrait ainsi dans "le studio de Matisse et Picasso deux fois par an, regarder quarante de leurs meilleures toiles et disait « je les prends toutes ! ». Pour vous donner une idée, Paul achetait un tableau de Picasso 50 000 francs (étonnamment l’équivalent en euros aujourd’hui), une aquarelle 12 000 francs et une nature morte 2 400 francs. 

Un marchand de grande qualité par ses conseils et la sélection proposée : il avait un droit de « première vue » chez ses artistes et on trouvait toujours dans sa galerie un choix de pièces exceptionnelles. 


Sûr de lui et de son oeil, il était nécessairement un brin arrogant : il trouvait pas exemple que les oeuvres de Bernard Buffet « ne valaient pas un clou » et a toujours refusé de présenter les surréalistes dans ses expositions (je le comprends parfaitement à vrai dire). 

Il eut l'aplomb d’accueillir dans ses artistes Nicolas de Staël et la peinture du Corbusier et on se demande avec l’auteur s’il aurait pu franchir les travaux de Kooning ou Rothko ? 

Comme tous les êtres étonnants il avait son lot de défauts : 
  • Un brin torturé de n’être pas créateur, il enviait ses artistes d’avoir ce don pour se divertir et oublier la guerre et son isolement. 
  • Anxieux, il trouva toute sa vie que les affaires étaient médiocres. 
  • Pudique et introverti, il se livrait plus facilement dans ses lettres que dans ses conversations. 

SUR LA RELATION DE PAUL & DE PICASSO...

On découvre avec plaisir les relations qu’avaient Paul Rosenberg & Pablo Picasso
Nés tous les deux en 1881, ils avaient construit une certaine alliance esthétique et amicale. 
Le marchand avait une admiration sans borne pour le talent de l’artiste et l’artiste une confiance aveugle dans son marchand. 
Leur relation contractuelle commença en 1918 et sera joliment saluée par Picasso qui offrit à Paul un Portrait de Madame Rosenberg et de sa fille (visible au Musée Picasso)



C’est Paul qui le fit passer de sa position « d’avant-garde à celle de maître de la peinture moderne ». 
Ils s’amusent ensemble même quand il faut parler d’argent : Paul raconte, « Dans l’Atelier de Picasso, je choisis les peintures que je souhaite acheter, et quand nous discutons du prix, c’est là que l’amusement commence. On échange des arguments terribles, mais toujours amicaux. Je lui ai dit un jour que j’aimerais mordre une de ses joues et embrasser l’autre ». 

En 1919, Paul réussit à le convaincre de s’installer dans l’immeuble voisin au 23 rue de la Boétie avec Olga sa femme de l’époque. Ils s’interpellaient par la fenêtre, se rendaient visite presque tous les jours, s’invitaient l’été en vacances, s’appelaient respectivement Pic et Rosy et ont échangé plus de 200 lettres jusqu’en 1959…
Les deux hommes devinrent inséparables jusqu’à la 2ème guerre mondiale. 


Anne Sinclair et Picasso l'été à Mougins

Paul partit aux Etats-Unis et s’éloigna de ses artistes avec qui il ne retrouvera jamais sa complicité d’avant-guerre (Kahnweiler resté en Europe, récupérera la majorité des contrats). 

Il passa la fin de se vie à se battre pour récupérer les centaines de tableaux volés pendant la guerre…
Très bel hommage à ce personnage clé de l'histoire de l'art !

Zeuxis - Art Room

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous