Zeuxis se promène de l'Art Carolingien à Giotto di Bondone

Zeuxis se promène de l'Art Carolingien à Giotto di Bondone

Au VIIIe siècle, les invasions barbares (Vikings) obligent de nombreux artistes et érudits à se réfugier à la cour de Charlemagne (qui donne son nom à l'époque dite Carolingienne !) . Charlemagne s'établit ainsi comme héritier des grands empereurs de l'Antiquité. Il est le lien entre l'art paléo chrétien et la culture Bysantine. Rome est en conflit avec Bysance. Charlemagne veut faire revivre la culture de l'Ancienne Rome en luttant contre les iconoclastes c'est à dire en permettant d'utiliser les figures humaines dans les représentations artistiques. Pour la première fois les rois d'Europe vont jouer un rôle de "mécène" pour l'art Romain. C'est en effet par l'art carolingien que l'art Roman et l'art Gothique se sont développés.

De cette période on retrouve des enluminures, des sculptures sur ivoire, des mosaïques, des fresques (et quelques fragments de peintures qui ont survécu ). L'instauration d'une écriture unique (la Caroline) facilite la transmission des connaissances et des techniques et prépare ainsi la poussée culturelle du XIe siècle. Vers la fin du règne des Carolingiens (vers 900) la production artistique s'arrête pendant trois générations.

Si Charlemagne s'était rallié aux iconoclastes, l'histoire de l'art occidental aurait été très différente.

Zeuxis fait un pas de géant qui nous transporte en Italie à la rencontre de Giotto di Bondone (1267-1337). Peintre sculpteur florentin, ses œuvres sont à l'origine du renouveau de la peinture occidentale ; c'est l'influence de sa peinture qui va provoquer le vaste mouvement de la Renaissance au siècle suivant. Il ajoute des effets de perspectives et supprime les fonds dorés. On note l'incroyable modernité de son trait et son immense talent de coloriste : Il y a un style "Giotto", "Tout a du obéir à sa passion de l'humanité, le dessin, la lumière, la composition et son propre génie...". L'espace prend de la profondeur, la ligne s'anime, les visages deviennent expressifs, les gestes s'humanisent ; une sensibilité nouvelle habite la matière.

Enfin, la peinture quitte l'univers décoratif dans lequel jusqu'alors elle était tenue. Il sera suivi par tous les primitifs italiens. Les fresques de Giotto à Florence, à Padoue (chapelle de l'Arena) figurent parmi les sommets de l'art chrétien et son influence sur les générations d'artistes qui le suivirent fut immense !

C'est pour qualifier son génie que le poète Dante inventera le mot toscan "artista" !

Sûre que si Zeuxis avait rencontré Giotto ils seraient devenus très bons amis.


Le Rêve de Joachim, fresques des Scènes de la vie de Joachim, chapelle Scrovegni
Giottodi Bondone


Chapelle des Scrovegni par Giotto

Zeuxis - Art Room Paris

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous