Rencontre avec Munch et Egon Schiele

Rencontre avec Munch et Egon Schiele

L'expressionnisme est un courant artistique qui apparaît au début du XXe siècle en Europe du nord et plus particulièrement en Allemagne (en réaction à l'impressionnisme français). C'est un mouvement qui touche de nombreux domaines artistiques : la peinture, l'architecture, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique, la danse...

Le début du XXe siècle en Europe est marqué par une immense angoisse face à l'évolution de la société moderne : le capitalisme, une perte de la spiritualité ; l'atmosphère qui règne avant et après la Première Guerre mondiale est anxiogène, oppressante et inspirera une colère et une violence aux peintres de cette époque trouble.

Les expressionnistes déforment les lignes et utilisent des couleurs fortes pour exprimer toutes ces préoccupations et toutes ces tensions. Il y a une mise en scènes des symboles souvent influencés par la psychanalyse naissante.

Cette réalité menaçante est ainsi représentée, transformée et stylisée, pour exprimer au mieux les états d'âme de l'artiste. La touche est exagérée et agitée, les lignes sont acérées, les couleurs sont agressives, fortes et discordantes, pour atteindre une intensité expressive qui sera le reflet de la vision pessimistes que les expressionnistes ont de leur époque. ( À noter que L'expressionnisme s'inscrira dans la continuité du fauvisme).

"Le Cri" de Edvard Munch, "La Guerre" d'Otto Dix sont des tableaux très représentatifs de ce mouvement. Edvard Munch (norvégien) est considéré comme le "père" de l'expressionnisme ; il sera obsédé par l'infirmité et la mort...

On retrouve chez les expressionnistes de nombreux peintres tels que Munch, Paul Klee, Georges Rouault, Oskar Kokoschka, Egon Schiele, Franz Marc,  Otto Dix, Wassily Kandinsky, Kirchner...

On ne peut pas ignorer cette violence du trait et du sujet dans les nombreux et magnifiques dessins d'Egon Schiele. Ce mouvement sera condamné par le régime nazi qui le considérait comme un "art dégénéré".

Zeuxis sera plus léger la semaine prochaine en vous racontant le fauvisme, pour le plaisir de la couleur... et d'ici là bonne semaine à tous !


Le Cri de Edvard Munch


La Guerre d'Otto Dix

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous