Zeuxis et Piet Mondrian (1872-1944)

Zeuxis et Piet Mondrian (1872-1944)

Le peintre néerlandais Piet Mondrian est reconnu comme un des pionniers de l'abstraction avec les Russes, Vassily Kandinsky et Kasimir Malevitchet. Il est une figure majeure de l'art moderne du XXe siècle et donc incontournable pour Zeuxis !

Sa peinture se construit comme une représentation transcendantale de l'image ; c'est une épuration radicale du tableau. Toute trace de référence au naturel visible est progressivement abandonnée au profit d'une vision de « l’Universel ». Mondrian privilégie l'économie des moyens pour construire une composition équilibrée. Les formes sont réduites à des rectangles et des lignes de couleurs, placés sur une trame octogonale, qu'il déclinera avec rigueur en série jusqu'à la fin de sa vie.

Il travaillera parfois aux côtés d'architectes et de designers dans des productions modernes de mobiliers, d'objets ou des créations d'espaces privés ou publics.

En 1914, Mondrian écrit : « Je construis des lignes et des combinaisons de couleurs sur des surfaces planes afin d’exprimer, avec la plus grande conscience, une beauté générale. Je crois qu'il est possible grâce à des lignes horizontales et verticales construites en pleine conscience, mais sans calcul, suggérées par une intuition aigües et nées de l'harmonie et du rythme, que ces formes fondamentales de la beauté puissent produire une œuvre d'art aussi puissante que vraie. »

Mondrian s'emploie ainsi à dépasser le cubisme et à évoluer vers une abstraction toujours plus pure. Il souhaite écarter le côté matériel de la Nature au profit de son essence.

À partir de 1940, il ne travaillera plus qu'avec des couleurs pures : du rouge, du jaune et du bleu, qu'il associe au blanc du fond et au noir des contours. Il accorde à l'angle droit une signification universelle. On remarque une vibration étonnante dans ses derniers tableaux ! Mondrian définira son système de représentation : le « néoplasticisme » et il le développera pendant plus de 20 ans jusqu'à son séjour à New-York. Avec l'appui de Peggy Guggenheim et de son ami Max Ernst, il sera intégré avec les honneurs qu'il mérite, dans le groupe des « American Abstracts Artists ».

En 1940, passionné de jazz, il réalise plusieurs chefs d'œuvres : Broadway Boogie-Woogie et Victory Boogie Woogie inachevé à sa mort.

La semaine prochaine Zeuxis vous racontera : Frida Kahlo et Edward Hopper dans leur « réalisme magique ». À bientôt sur Zeuxis ! L'histoire court, l'histoire n'attend pas !

©Piet Mondrien avec Broadway Boogie-Woogie par Fritz Galner

©Victory Boogie-Woogie

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous