À la découverte d'Artemisia Gentileschi ! (1593-1652)

À la découverte d'Artemisia Gentileschi ! (1593-1652)

Artemisia Lomi Gentileschi… Qui est-elle ? Ah ah, c'est une bonne question ! Il semblerait qu' elle soit l'une des premières femmes peintres de renommée ; certainement la plus brillante !

Elle est née à Rome en 1593 et morte à Naples vers 1652. Déjà à fort tempérament féministe, c'est une femme au charme extraordinaire disait-on. Une de ses œuvres les plus réputées : « Judith décapitant Holopherne » . C'est son père Orazio, peintre maniériste toscan et représentant de tout premier plan du caravagisme Romain, qui lui apprendra la rigueur du dessin. Remarquablement douée, elle fera son apprentissage artistique dans l'atelier de son père, où elle apprendra le maniement des couleurs ; elle se placera ainsi tout naturellement dans le sillage du grand peintre lombard Caravage.

Elle signe son premier tableau « Suzanne et les vieillards » à 17 ans ; sa touche est d'une âpreté réaliste. Elle donne à ses tableaux une atmosphère dramatique en accentuant le clair-obscur à la manière du Caravage. A 19 ans, l'enseignement des beaux-arts lui est interdit (c'est une femme !) ; son père lui donne alors un précepteur privé, le peintre Agostino Tassi. C'est alors qu'un drame va marquer sa vie ;  elle est violée sauvagement par Tassi. Au cours du procès qui suivra, elle sera soumise à un humiliant examen pour vérifier l'accusation, qu'elle maintiendra courageusement. Cet événement est certainement à l'origine de toute la violence de sa peinture. Et la toile « Judith décapitant Holopherne » (1612-1614), impressionnante par la violence de la scène, est interprétée comme un désir de vengeance et de revanche.

Elle se marie et s'installe à Florence où sa peinture connaît un vrai succès. C'est la première femme à être acceptée à l'Academie du dessin. Son succès, sa beauté et la fascination qu'elle exerce alimenteront toute sa vie des allusions et des plaisanteries déplacées sur sa vie privée. Séparée de son mari, elle s'installe à Rome en femme désormais indépendante puis elle finit ses jours à Naples. Elle laisse des magnifiques tableaux (Judith et sa servante, Marie Madeleine), témoins de son immense talent.

D'autres femmes peintres exercent à l'époque avec succès ; on peut citer : Sofonisba Anguissola (1530-1625), Lavinia Fontana (1552-1614), Fede Galizia (1578-1630) mais on dira d’Artemisia « l'unique femme en Italie qui ait jamais su ce qu'est la peinture » !

Artemisia Gentileschi Zeuxis

Judith décapitant Holopherne © Artemisia Gentileschi

Artemisia Gentileschi Zeuxis

Suzanne et les vieillards © Artemisia Gentileschi

Artemisia Gentileschi Zeuxis

Autoportrait © Artemisia Gentileschi

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous