André Derain, la décennie radicale : 1904-1914

André Derain, la décennie radicale : 1904-1914

C'est de nouveau au centre Pompidou que Paula se balade cette semaine, à la découverte de cet "aventurier de l'art moderne" André Derain (1880-1954).

C'est Gertrude Stein qui dira de lui : "c'est un inventeur, un découvreur, un de ces esprits perpétuellement curieux..." Et son rôle a été déterminant dans l'histoire des Avants-gardes "fauvisme -cubisme". "Le fauvisme a été pour nous l'épreuve du feu. Les couleurs devenaient des cartouches de dynamite. Elles devaient décharger de la lumière. "(Derain)

Dés ses débuts, en 1900, Derain se met à la photographie... Il se sert de ses photos comme modèle pour ses tableaux, recherchant donc une figuration, au chromatisme vif et primaire inspiré de Van Gogh. Il fera la connaissance de Vlaminck dans le train Paris -Chatou où les deux hommes habitent. Ils partageront le même atelier à côté de la Maison Fournaise haut lieu de l'impressionnisme. En 1905, il rejoint Matisse, de 10 ans son aîné, à Collioures... Où il peint "la lumière"... Exposant au Salon d'Automne de 1905 et provoquant le fameux "scandale des fauves". 

L'exposition de Beaubourg se limite à ces dix années de peintures 1904-1914 riches en expérimentations audacieuses et marquées par l'exemple des maîtres anciens où Derain engage un dialogue avec Vlaminck, Matisse, Braque et Picasso. Tres cultivé c'est un peintre intelligent mais qui doute ; son ouverture d'esprit et sa curiosité le poussent à s'intéresser à l'art ancien, à l'art océanien, à l'art africain, aux dessins d'enfants, à l'art populaire, aux images d'Epinal... Autant d'influences que l'on retrouve en parcourant les 11 salles qui suivent un ordre chronologique et qui nous permettent d'apprécier ainsi la variété et l'évolution de son travail. Giacometti dira de lui : "les qualités de Derain n'existent qu'au-delà du ratage, de l'échec, de la perdition possible..." 

C'est une très belle exposition ; on en ressort pleins d'énergie car le bonhomme est sympathique... On termine par un conseil qu'il nous donne... "Ce qu'il faut c'est rester éternellement jeune, éternellement enfant, on pourrait faire de belles choses toute sa vie..." Et Zeuxis nous donne par sa fraîcheur et par ses couleurs l'exemple à suivre...

Exposition Derain Zeuxis

Exposition Derain Zeuxis
Baigneuses, 1908

Exposition Derain Zeuxis
Baigneuses, 1907

Exposition Derain Zeuxis
Les filles, 1905-1906

Zeuxis Exposition Derain
Les Quais de la Tamise, 1906-1907

Exposition André Derain, 1904-1914, La décennie radicale au Centre Pompidou

Du 4 octobre 2017 au 29 janvier 2018

De 11h à 21h ou de 11h à 23h - Nocturne tous les jeudis soirs

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous