Il était une fois Le Baiser d'Auguste Rodin

Il était une fois Le Baiser d'Auguste Rodin

C'est à la demande  de l'état français pour l'exposition universelle de 1889, qu'Auguste Rodin (1840-1917) crée "Le Baiser". C'est une sculpture en marbre (H181 cm) d'un couple enlacé. Elle est exposée au musée Rodin à Paris depuis 1919. 

Dans la Divine comédie de Dante, Paolo et Fransesca découvrent leur amour en lisant un roman courtois : "Lancelot et Gueniévre". (On remarquera dans la sculpture de Rodin, en référence, à peine esquissé, le livre en question dans la main gauche de l'homme). Loin de représenter les suites funestes de leur adultère - ils sont assassinés par le mari de Fransesca -  Rodin fait de cette étreinte un hymne à la passion et à la sensualité. Il retire le couple de la "Porte de l'Enfer" (oeuvre magistrale exécutée pour le musée des arts décoratifs) et il en fait une oeuvre à part entière, exposée sous le titre du "Baiser". L'œuvre originale est en terre cuite. Elle est agrandie en plâtre, puis sera traduite en marbre. Elle sera alors présentée telle qu'on la connaît (en marbre) en 1898.

Zeuxis galerie d'art présente le baiser de Rodin

Pour l'anecdote : Rodin ne sait pas tailler le marbre, il accompagne le travail de ses assistants. Cette méthode de travail lui sera d'ailleurs reprochée.

On contemple donc ce couple enlacé, uni dans un baiser, l'expression la plus aboutie de la fusion amoureuse. Le couple est nu et cependant il émane de cette scène une extraordinaire retenue, une pudeur de jeunes fiancés.

Zeuxis galerie d'art présente le baiser de Rodin

En 1882, Rodin travaille à la réalisation de la "Porte de l'Enfer". C'est alors qu'il s'éprend d'une jeune femme sculpteuse qui vient travailler dans son atelier : Camille Claudel. On se souvient à quel point cette rencontre sera pour les deux artistes la "grande aventure de leur vie". C'est donc mû par une étrange force prémonitoire que Rodin a commencé deux ans avant l'ébauche en terre de ce fameux baiser.
C'est une sculpture qui parle aux sens ! Ces amants, Rodin nous les livre dans l'intimité de la communion amoureuse. On ne voit pas leurs visages, ils pourraient bien être n'importe qui ! Le couple est enfermé en lui-même, coupé du monde. Enlacés, les deux corps forment une pyramide et s'imbriquent en une arabesque harmonieuse, le marbre exprimant leur force et leur fragilité. À noter qu'il y a comme toujours chez Rodin, des ruptures d'harmonie (une disproportion des mains et des pieds : parties du corps que Rodin travaille souvent à part).

Zeuxis galerie d'art présente le baiser de Rodin

L'homme entoure de ses bras la femme qui, par un élan irrépressible, entoure de son bras gauche le cou de son bien-aimé. En fait, c'est elle qui l'embrasse tandis que lui s'abandonne à ce baiser. Sa main droite exprime une forme de surprise, elle n'est pas encore refermée, juste posée sur la  hanche de la jeune-femme...

Zeuxis soupire et se sent bien romantique après ce Baiser... 

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous