Van Gogh dans un film

Van Gogh dans un film

La passion Van Gogh est un film qui raconte la fin de sa vie "en tableaux". Une centaine d'artistes ont participé à sa réalisation : les images ne sont que des peintures en mouvement qui retracent sa vie. 

Le célébrissime artiste est autant connu pour ses oeuvres - il est considéré par certain comme le père de l'art moderne - que pour sa vie maudite. 

Vincent étai taciturne et introverti. Sa nostalgie semble provenir de son enfance : ses parents étaient froids et peu affectueux, sa mère encore en deuil du "premier" Vincent mort-né et son père, pasteur protestant, était d'une grande austérité. Seul son frère Théo a été un fort soutien toute sa vie. Il a d'ailleurs pris un pinceau pour la première fois de sa vie à 28 ans en suivant les encouragements de son frère. 

Originaire des Pays-Bas, Vincent van Gogh (1853 - 1890) monta à Paris en 1875 pour retrouver son frère adoré qui tenait une petite galerie. Il quitte la ville en 1886 pour s'installer à Arles et c'est en Provence que son style apparaît, ses touches courbes, répétées, colorées. Colérique, peu facile d'accès, Vincent ne fait pas l'unanimité dans la ville qui le traite d''original"...

Il convint Gauguin, qu'il a rencontré à Paris, de le rejoindre mais après deux mois de colocation, les artistes se disputent fortement et Gauguin quitte la "maison jaune". Le soir de cette dispute, Vincent se coupa une oreille. C'est à la suite de cet acte de démence qu'il partit s'installer de son plein gré à l'asile de Saint Rémy de Provence où ses plus grands chefs d'oeuvres (70 tableaux en tout) sont nés, comme la Nuit étoilée, les Iris ou Autoportrait. 

En 1890, alors qu'il souffre des mesquineries des habitants (une pétition a même circulé pour le bannir !), il se rapproche de son frère toujours parisien et s'installe à Auvers (Oise) à proximité du docteur Gachet qui le suit. Les deux frères étaient très proches  : Vincent écrivait à Théo tous les jours depuis son départ en 1886.

Le film retrace particulièrement les derniers mois de sa vie à Auvers. 

Vincent s'était installé dans une auberge modeste mais tenue par une famille charmante dans le centre ville. L'artiste avait la même routine de 8h à 17h et peignait tout le temps, qu'il pleuve ou qu'il vente, avec acharnement. Il se retirait dans la campagne, les champs, les bois, la rivière avec son chevalet et sa peinture (envoyée de Paris par son frère). 

Il voyait le docteur très souvent, ce dernier rêva tout sa vie d'être peintre et s'enfermait pour copier les toiles de Vincent qui s'amélioraient tous les jours. 

Un soir, van Gogh rentre à l'auberge une balle dans le flanc en indiquant qu'il tenta de se tuer dans les champs. Le Docteur Gachet arrive et semble très préoccupé. Son frère vient également rapidement dans la soirée et veilla sur Vincent jusqu'à sa mort dans la nuit. 

Le film insiste sur les ambiguïtés de sa mort...

Pourquoi se serait-il tiré dessus alors qu'il avait trouvé une vie tranquille et équilibrée ? 

Pourquoi on ne retrouva pas l'arme ?

Comment peut on se tirer une balle dans le flanc sans qu'elle transperce le ventre ? 

Pourquoi le docteur n'a pas retiré la balle dans le ventre de Vincent ? 

Pourquoi les relations entre Vincent et le Docteur se seraient dégradées les dernières semaines avant l'incident ?

Pourquoi personne n'entendit de coup de feu dans les champs mais dans une grange ?

Vincent aurait-il couvert quelqu'un ? 

Autant de questions qui laissent planer un doute sur la mort de l'artiste...

Le film propose sa version : 

Le Docteur serait à l'origine de la crise de panique que fit Vincent ce soir là. 

Jaloux et aigri, il accusa Vincent de tuer son frère en commandant sans cesse du matériel de peinture à Théo. Ce dernier faisait des sacrifices pour lui au lieu de soigner sa fièvre (que Vincent ignorait). 

Vincent se serait emporté, catastrophé d'apprendre la maladie de son frère et humilié par le dureté des propos du Docteur...

Il aurait donc tenté de se donner la mort...

En seulement 8 ans, il a peint près de 800 tableaux et est passé de simple amateur d'art à un artiste de grande influence. 

Monet dira même au salon des Indépendants que Vincent en était la révélation. 

Une lettre fut plus tard retrouvée, adressée à son frère. 

"Qui suis-je aux yeux des gens. Un moins que rien. Je voudrais montrer ce qu'il y a dans le travail d'un tel original"...

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous