Peinture... Joan Mirô ( 1893 - 1983 )

Peinture... Joan Mirô ( 1893 - 1983 )

Joan Mirô nait à Barcelone en 1893.

Il suit l'école d'art de Fransisco Gali à Barcelone et ouvre en 1915 un atelier avec son ami Ricart. Dans un premier temps il s'intéresse à l'impressionnisme et au fauvisme. En 1919, il se rend à Paris et cherche sa place dans le monde culturel et  animé de la capitale. 

Il adhère au mouvement surréaliste. Il fait alors la connaissance de son compatriote Picasso. Avec son ami André  Masson il participe aux soirées du groupe de la " rue Blomet " où sont menées les premières recherches sur l'inconscient. Il insère dans ses tableaux des mots, des phrases, en réalisant ainsi des tableaux-poèmes. Les oeuvres de cette période sont absolument détachées de tout désir de représentation et s'oriente vers une abstraction lyrique. En 1926, Mirô installe son atelier dans la villa des Fusains à Montmartre, où son voisinage : Max Ernst, Eluard, Arp et Magritte lui seront très profitable. 


    " Peinture "... Plusieurs oeuvres de la même année ( 1925 ) porte le même titre générique de " Peinture " ; on en trouve une dans la collection Peggy Guggenheim de Venise, et une autre au Kunsthaus de Bâle. Un autre tableau du même titre est daté de 1930. 


 Ces tableaux appartiennent à une des périodes les plus intenses de l'activité de Mirô qui multiplie alors recherches et découvertes. Il passe des tableaux poèmes à une expression de plus en plus lyrique. Mirô donne une interprétation très personnelle du surréalisme, caractérisée par sa vision très poétique de la réalité. 

La composition ( Peinture - 1925 ) s'organise dans un espace où flottent des êtres fantastiques, des lignes  magiques, des signes archaïques et inquiétants qui habitent cet univers enchanté et onirique. Sa palette est variée : jaune cadmium, rouge garance, bleu de Prusse, Bleu cobalt... Un blanc opaque... 

Sa " Peinture " datée  de 1930 s'éloigne elle du surréalisme ; Mirô s'intéresse alors aux recherches de Mondrian et de Kandinsky et s'oriente de manière délibéré vers l'art abstrait. L'œuvre présente une grande richesse chromatique, héritée de sa période précédente, mais Mirô assemble ici, de manière apparemment fortuite et désordonnée, des masses de couleurs transparentes qui semblent se mouvoir librement à l'intérieur d'une ligne noire. C'est une représentation primitive très simple : une forme bleue en haut symbolise le ciel, le rouge brique uni et le vert émeraude suggèrent le sol et sa végétation, et les triangles noirs évoquent les montagnes. 


 À la fin des années trente Miro retourne en Espagne où il vit entre Barcelone et Palma de Majorque. C'est alors qu'il effectuera la série des " Constellations ". A partir de 1944, il réalisera outre ses peintures, des sculptures et surtout des céramiques ( décoration murale de l'hôtel Terrace ). 
Miro s'éteind en 1983 à l'âge de quatre-vingt-dix ans à Palma de Majorque.

Retrouvez Mirô au Grand Palais du 3 octobre 2018 au 4 février 2019 !

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous