Ernst Haas

Ernst Haas

C’est à Vienne, en 1921, que naît Ernst Haas, pionnier de la photographie couleur. Il entamera des études de médecine, puis quittera ce cursus afin d’étudier la peinture. Au début des années 40, il se met à la photographie. Après la guerre, il capture le retour des prisonniers de guerre autrichiens ; ses photographies lui permettent de se faire repérer par le magazine Life, qui lui propose d’emblée un poste. Il refusera cette offre au nom de son indépendance.

Las vegas,1959

En 1949, il intègre l’agence Magnum à la demande de Robert Capa avec qui il se lie d’amitié, mais également Henri Cartier-Bresson ainsi que Werner Bishof. En 1951, après s’être installé aux Etats-Unis, il expérimente le film couleur kodachrome, et sera l’un des premiers à l’utiliser.

Ernst Haas, ne voit pas d’opposition entre le film noir et blanc et celui en couleur, ils expriment chacun un langage différent. Selon lui, son envie de faire du film couleur ne représente qu’une étape de son évolution, en tant que photographe. En revanche, il associe sa période de noir et blanc à la période de guerre, puis cette transition vers la couleur, à son arrivée à New York, qu’il qualifie de nouveau printemps, plein d’espérance.

Color America,1957

Le magazine LIFE publie, en 1953, son premier essai photographique en couleur de la ville de New York, constitué de 24 pages et représentant un tournant important dans la photographie. En effet, personne n’avait encore jamais publié un travail photographique sur la couleur.

En 1962, ses photographies sont alors exposées au MOMA, c’est d’ailleurs la première exposition photographique en couleur du musée.

Car scratch wave,Colorado 1977

Par la suite, Ernst voyage énormément, et sera photographe de LIFE, Vogue et Look.

Ernst Haas, à la fois artiste et explorateur, dira dans ses écrits : « Je n'ai jamais vraiment voulu être photographe. Elle est née peu à peu du compromis d'un garçon qui souhaitait combiner deux objectifs : explorer ou peindre. Je voulais voyager, voir et expérimenter. Quel meilleur métier que celui de photographe, presque peintre pressé, submergé par trop d'impressions en constante évolution ? Mais toutes mes influences inspirantes provenaient beaucoup plus de tous les arts que des magazines photo. »

Il s’éteindra en septembre 1986.

New York,1952

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous