La collection Emil Bührle au musée Maillol

La collection Emil Bührle au musée Maillol

Il est difficile d'aborder sereinement la visite de l'exposition tant l'image de l'industriel Emil Bührle semble trouble : voleur ? antisémite ? nazi ? opportuniste et cynique ? Il fait fortune en vendant des armes et achète des oeuvres qui proviennent pour beaucoup de collections juives (acquises au cours de la deuxième guerre mondiale auprès de marchands peu scrupuleux !)  Parallèlement à son métier de "fabricant d'armes", Emil Bührle s'est très tôt passionné pour les arts, et sa fortune lui en donne les moyens : à sa mort en 1956, il laisse derrière lui 598 oeuvres majeurs : peintres impressionnistes, cubistes, fauves, nabis... Cette collection particulière, créée entre 1936 et 1956, est l'une des plus prestigieuse au monde.

On peut admirer quatre tableaux d'Edouard Manet (1832-1883) (qui est un des premiers peintres choisi au tout début de sa collection par Bührle) : "Les Hirondelles" qu'il peint en 1873. Ce tableau, brossé à grands traits nerveux, est peint comme un instantané de " la vie moderne". Un autre, " Un coin du jardin de Bellevue" (1880), peint sur le motif, nous montre combien Manet se rapproche des impressionnistes à la fin de sa vie.

"La liseuse" de Camille Corot (1796-1875) justifie presque à lui tout seul le déplacement ; on atteint presque le sublime d'un Vermeer : le rouge vif du corsage et le blanc lumineux de la chemise se détachent sur des tonalités de bruns et de gris. "Il y a un seul maître, Corot" dira de lui Édouard Manet. 

Le "Champ de coquelicots près de Vétheuil" de Claude Monet (1840-1926) est l'une des deux toiles qu'il peint pratiquement au même moment ; on a bien le sentiment de l'avoir déjà vu ! 
On admire ce "Paysage" réalisé en 1879 par Paul Cézanne (1839-1906) ; on aime ces camaïeux de verts et d'ocre... Et notre regard se perd dans ces chemins et ces vallons. 


Au fond d'une niche, la "Petite danseuse de quatorze ans" d'Edgar Degas (1834-1917) nous toise, les mains croisées dans le dos. N'oublions pas que l'original était en cire et que ce n'est qu'après la mort de l'artiste que 27 exemplaires en bronze ont été fondus. 


On ne peut pas tous les décrire, et chacun porte l'histoire de son acquisition.
Auguste Renoir(1841-1919), Raoul Dufy (1877-1953), Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901), Maurice de Vlaminck (1876-1958), Paul Gaughin (1848-1903), André Derain (1880-1954), Modigliani, Picasso... Ils sont tous là, tableaux inédits et peintres si reconnus !

Enfin "mon préféré", en toute simplicité : "Le semeur, soleil couchant" de Vincent Van Gogh qui nous éblouit littéralement ! 
Je dirais qu'un vrai collectionneur est au fond un artiste manqué. Le collectionneur se caractérise par la qualité de son choix et par la réunion judicieuse des oeuvres d'art.

Amélie, collectionneuse et galeriste talentueuse, nous ouvre la porte de sa Maison d'art, 6 rue Clauzel ; elle sait si bien nous orienter et nous conseiller que l'on deviendrait facilement collectionneur à notre tour ! Et pourquoi pas ? 

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire
Prenez rendez-vous