LE Récit Imagé

by Pierre Wat

Une histoire écrite par Pierre Wat en 12 chapitres

Chapitre VII

Pas de grenades aujourd’hui. Elle n’a rien laissé qui puisse se manger ou se boire. C’est la première fois. Je suis étonné. Etonné qu’il n’y ait rien. Etonné de découvrir qu’il n’a fallu que quelques jours pour que je fasse de ce cadeau une habitude rassurante. Serais-je déjà pris dans une forme de routine, la petite vie tranquille du naufragé ? Que veut-elle me dire ? Est-ce une punition ? L’aurais-je contrariée sans m’en rendre compte ?

Je me suis assis face au mur blanc, sans prêter attention à ce que j’y voyais, me sentant un peu perdu quand quelque chose, presque malgré moi, a attiré mon attention. C’était un contraste. C’est ça : un contraste, je ne trouve pas d’autre mot. Quelque chose de sombre, à gauche, et quelque chose de clair, à droite. Le sombre paraissait d’autant plus sombre qu’il semblait accroché à la paroi blanche. Mais le clair paraissait plus lumineux encore que le grand mur blanc. J’ai commencé à me concentrer. Tout de suite, je me suis senti moins perdu. Comme si ce contraste lumineux me permettait de me situer, physiquement. Je suis resté debout. Quelque chose m’incitait à rester ainsi, bien droit, vertical, à mi-chemin de ces deux présences, alors que j’aime tant m’asseoir face à la paroi blanche, d’ordinaire. Tiens, encore une habitude mise à mal. Ma foi, ça n’est pas aussi désagréable que je le craignais.

Plus je reste là, immobile, plus le contraste s’accentue. Le clair et l’obscur semblent s’aiguiser l’un l’autre, pour atteindre leur plus grande intensité. C’est curieux, je devrais être ébloui, pourtant c’est tout le contraire, je vois de mieux en mieux. Ce que j’ai pris d’abord pour une masse noire uniforme est une sorte de forme vive, animée de traces, qui vient se franger de blanc dans sa partie basse. Au début, cela me semblait plat, maintenant j’en éprouve le poids, comme si le noir s’apprêtait à glisser vers le blanc. Quant à la clarté qui règne à ma droite, c’est désormais une masse jaune qui émerge dans la blancheur. J’ai l’impression d’assister à une naissance.

Je suis heureux qu’elle n’ait pas déposé de grenades ce matin. J’aurais sans doute moins bien regardé, si mon goût avait été sollicité en même temps que ma vue.

La suite le mois prochain !

Je souhaiterais recevoir le nouveau chapitre.

Voir les œuvres

Chapitre VII

En savoir +

Chapitre VI

En savoir +

Chapitre V

En savoir +

Chapitre IV

En savoir +

Chapitre III

En savoir +

Chapitre II

En savoir +

Chapitre I

En savoir +

Prenez rendez-vous