LE Récit Imagé

by Pierre Wat

Une histoire écrite par Pierre Wat en 12 chapitres

Chapitre IV

Il y a quelqu’un. Cette fois-ci j’en suis sûr, il y a quelqu’un d’autre que moi sur cette île, et cette personne me fait signe.

C’est ce matin que je les ai vus. J’étais en train d’entrer dans la clairière, pour y cueillir des fruits, ma seule nourriture quand je ne parviens pas à pêcher, lorsque je les ai aperçus. J’ai immédiatement remarqué leur présence ! Je viens tous les jours et, j’en suis certain, hier, il n’y avait rien. Rien à part ces fruits qui pendent des branches d’un arbre maigre, on dirait des haricots. Et puis cette paroi blanche, aveuglante, qui semble me narguer, comme pour mieux me rappeler qu’ici est le néant.

Oh, ce sont de petits objets. On pourrait les prendre dans la main. Je n’ai pas osé. Mais leur présence était si surprenante, sur la roche plate où ils ont été posés, que je les ai trouvées immenses. Surtout l’un d’eux – il y en avait cinq en tout – qui se dressait vers le ciel. On aurait dit un lingam comme on en voit en Inde. Sauf qu’il était creux, ouvert, tel un abri. Ça m’a rassuré. Je me suis dit que celui qui me faisait signe ne cherchait pas à me faire fuir. Je suis resté longtemps à les regarder. Enfin je crois.

Ils étaient là, tous les cinq, bien alignés. Ça m’a rappelé la façon dont on mettait la table, chez mes grands-parents, il y a si longtemps. Alors je me suis assis et j’ai regardé, intensément, résistant à grand peine à mon envie de toucher. Peut-être que demain, s’ils sont encore là… C’est drôle, j’ai l’impression que celui qui les a conçus a tout fait pour qu’on s’en saisisse. L’un avait l’air d’un bol, l’autre d’un plat, mais ce n’était ni un bol ni un plat, juste des choses qui avaient l’air de me dire : « Prends-moi dans ta main, n’ai pas peur ». J’ai encore un peu peur mais c’est vrai que toutes ces anses, toutes ces protubérances, sont un appel à la saisie. Est-ce que ce sont des fétiches ?

Je suis reparti avec mes fruits mais je me suis dit que, demain matin, je reviendrai avec le morceau de bois brulé que j’ai ramassé sur la plage où je me suis réveillé. Avec lui je pourrai faire une trace sur la paroi blanche, comme une balafre. Un signe pour dire moi aussi que oui, il y a quelqu’un.

La suite le mois prochain !

Je souhaiterais recevoir le nouveau chapitre.

Voir les œuvres

Chapitre VI

En savoir +

Chapitre V

En savoir +

Chapitre IV

En savoir +

Chapitre III

En savoir +

Chapitre II

En savoir +

Chapitre I

En savoir +

Prenez rendez-vous